BlogPosté le

Petit tour d’horizon !

finance

Petit tour d’horizon en ce début juin 20 20 :

Le point de vue du cabinet :

  • Les marchés actions grandes valeurs sont toujours tirés par les énormes plans de soutien des économies mondiales. Quelques soit les « mauvaises » nouvelles, ils progressent. M Trump peut continuer à Twitter…
  • Les moyennes et petites capitalisations devraient en bénéficier de la hausse dans un second temps. Il faudra attendre 6 mois minimum afin de voir le taux des faillites des petites entreprises.
  • Sur Les fonds obligataires de sociétés privées dit « corporate », les banques centrales réglementent ces marchés du fait de leur campagne d’achats massifs. Peu de rentabilité à attendre car peu de risque.
  • Les Fonds en euro, pas de rentabilité mais une sécurité importante avec le risque d’illiquidité temporaire (Merci M Sapin)
  • L’immobilier dans tous les domaines (SCPI, SCI, Immobilier Neuf ou ancien) résiste bien. Il faut bien que les liquidités en masse puissent s’investir…

Les NEWS :

L’étude annuelle d’EY sur les investissements étrangers révèle que la France était l’an dernier le pays européen le plus attractif. Les acteurs économiques s’inquiètent désormais de savoir si elle pourra le rester en 2020.

L’Hexagone est ainsi passé devant le Royaume-Uni et l’Allemagne, décrochant le titre de première place européenne pour les investissements étrangers avec 1.197 projets annoncés, en hausse de 17% sur un an. Mais la crise du Covid-19 est passée par là : selon EY, si 65% de ces projets ont déjà été réalisés, 25% ont été reportés et 10% annulés.

L’étude appelle la France à “rassurer sur sa stratégie immédiate”, et rappelle l’importance des investisseurs étrangers pour l’économie française et le retour de la croissance. Les entreprises étrangères emploient aujourd’hui 2 millions de personnes en France, et pèsent pour 21% des dépenses privées de recherche et développement.

L’immobilier ancien

Les ventes de logements anciens se sont maintenues à un niveau élevé au premier trimestre en France et la hausse des prix s’est accélérée, malgré le début du confinement face au coronavirus, montrent jeudi les chiffres établis par l’Insee et les notaires.

Sur le premier trimestre, les prix ont progressé en moyenne de 5% par rapport à un an plus tôt, une évolution plus marquée qu’en 2019. Les ventes, elles, se sont maintenues au-dessus du seuil du million passé l’an dernier, à 1,04 million à fin mars, malgré un léger ralentissement.

Le retour de l’ISF ?

Quand on en parle régulièrement, ce n ‘est jamais très bon …

L’économiste Thomas Piketty ou encore sa consœur Esther Duflo, Prix Nobel d’économie 2019, estiment que le rétablissement d’un impôt sur la fortune aurait du sens. Ils sont rejoints par de nombreuses figures politiques et militantes, à tel point que le sujet devient difficile à ignorer pour l’exécutif.

“Il faut bien prendre l’argent quelque part et nous ne pouvons pas faire l’économie d’une réforme fiscale. Selon moi, l’ISF n’aurait pas dû être supprimé, dans un contexte d’augmentation mondiale des inégalités. S’il y a une possibilité de le rétablir, faisons-le”, déclarait Esther Duflo, qui a notamment été conseillère de Barack Obama, lors d’une récente interview.

Si le gouvernement a assuré qu’il n’y aurait aucune hausse d’impôt pour financer l’endettement de la France, le président de l’Assemblée Richard Ferrand a évoqué le sujet à demi-mot dans L’Express : “Ponctuellement et parce que la solidarité l’exigerait, s’interroger sur une contribution des plus aisés, pourquoi pas ?” Une déclaration loin d’être synonyme d’engagement, mais qui montre que le débat est bel et bien ouvert.

En 2019, l’épargne des ménages européens a augmenté de 7,2%. Sur les cinq dernières années, elle a grimpé de 49,4%, selon l’Observatoire de l’épargne européenne (OEE). Et la tendance devrait se poursuivre en 2020.

L’an dernier, les actions ont bénéficié d’une forte attractivité avec une progression de 17,6% des placements en actions. “Cette hausse s’explique en grande partie par la bonne performance des marchés d’actions sur la période”, précise l’OEE.

Mais ce sont bien l’assurance-vie et les fonds de pension qui remportent la palme. A eux deux, ces placements représentent en moyenne 43,5% du patrimoine financier des ménages européens, et l’encours a progressé de 6,4% sur ces supports en 2019.

P E JOSEPH