BlogPosté le

2023 !

Toute l’équipe d’Ethis-Invest, vous souhaite une excellente année 2023 !

Que celle-ci soit pleine de bonheurs et de joies partagées !

Notre cabinet s’étoffe avec une alternante en master 2 de gestion de patrimoine, Mélissa ROBIN.

Nous sommes donc 5 ! Désolé, elle n’est pas encore sur la photo !

Je vous rappelle que le cabinet vous conseille via un audit patrimonial global (Aspects civils, fiscaux, de protection, et patrimoniaux), vous accompagne sur des solutions de prévoyance, d’assurance vie, bancaires et immobilières.

Pour ce dernier point, l’immobilier d’investissement, nous avons la capacité de travailler avec quasiment tous les grands promoteurs nationaux et régionaux, et vous accompagner pour son suivi fiscal.

Nous pouvons donc vous accompagner sur le PINEL, Malraux/ Monument historique, mais aussi la Location Meublée, SCPI classique, SCPI Démembrée….

Quelques chiffres pour ce début d’année :

  • La France reste dans le trio de tête des pays de l’OCDE les plus fiscalisés, N°2 avec 47.1% de prélèvements obligatoires / PIB. Les marges de manœuvres pour les futurs gouvernements, si les taux restent élevés, vont être très limitées…
  • 6.5% est l’inflation nominale en décembre sur un an glissant aux Etats-Unis
  • 56.5 Milliards d’euros pour les dividendes distribués en 2022 par les entreprises du CAC40.

Point Macro :

Le Cac 40 a effacé la crise.

Qui l’eut cru le 24 février 2022, le jour de l’invasion en Ukraine ? Malgré le choc géopolitique, énergétique, inflationniste et monétaire provoqué par ce conflit, la bourse de Paris a retrouvé , le 12 janvier, son niveau d’avant, hors dividendes.

Pourtant les risques persistent et les incertitudes demeurent quant à l’issue des événements. Ce qui a vraiment changé, et qui explique l’attitude des investisseurs, c’est l’amélioration de ces facteurs disruptifs. Tout d’abord, les cours des matières premières, qui sont au cœur de la guerre économique ont retrouvé également les cours de début 2022. De surcroît, la désinflation est bien entamée et l’inflation, qui rogne le pouvoir d’achat des ménages et les marges des entreprises, continue à ralentir. L’abandon de la politique Zéro Covid en Chine laisse présager, non seulement un redémarrage de l’activité au printemps, mais également une normalisation de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Tout va-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Évidement non. Les Banques centrales peuvent poursuivre en 2023 le cycle de durcissement monétaire, le plus violent depuis plusieurs décennies, au-delà des anticipations du marché. Les risques géopolitiques peuvent ressurgir à tout moment et provoquer de nouveaux soubresauts. En revanche, un élément-clé, souvent sous-estimé, est la capacité des entreprises à s’adapter aux chocs exogènes.

Quels ont été nos actes sur nos allocations en général :

  • On a enlevé la partie monétaire, que nous avions mis lors du début du conflit Ukrainien
  • On a enlevé les fonds obligataires « sécuritaires » pour des fonds obligataires datés afin de prendre l’opportunité des rendements actuels élevés des obligations sous-jacentes.
  • On a augmenté légèrement la part immobilière.
  • On a souscrit en petite proportion des fonds small et mid Caps US et Europe, car ces fonds ont fortement baissé sur ces 5 dernières années.

Nous vous renouvelons nos vœux, restons à votre service.

A bientôt.

Très cordialement.

Pierre Emmanuel JOSEPH

Nb pour les cinéphiles : Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé.